Rien n'est exclu pour équilibrer le budget 2011… même des hausses de taxes

Guillaume
Guillaume Picard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le maire Gérald Tremblay a affirmé, vendredi, qu'il n'excluait pas de piger à nouveau dans la poche des Montréalais pour équilibrer le budget 2011 de la Ville de Montréal, après qu'il eût annoncé, pour l'an prochain, une prévision de déséquilibre de fonctionnement de 400 M$ et une réforme touchant à la préparation de l'exercice budgétaire.

Rien n'est exclu pour équilibrer le budget 2011… même des hausses de taxes

Et le trou anticipé de 400 M$ n'inclut pas les indexations des salaires des employés dont les conventions collectives sont échues. Chaque augmentation de 0,5 %, explique l'administration Tremblay, correspond à une hausse de 10,5 M$ de ce déficit.

Le vice-président du comité exécutif et responsable des finances au comité exécutif, Alan DeSousa, en entrevue vendredi dans les bureaux des journaux locaux et régionaux de Médias Transcontinental, a confirmé que « tout était sur la table pour équilibrer le budget de l'an prochain, mais aussi pour préserver la qualité des services et atténuer l'impact sur la dette ».

Le maire de l'arrondissement de Saint-Laurent explique que la mise en place d’un nouveau processus de préparation budgétaire vise à accroître la transparence dans la prise de décisions et le niveau de responsabilité et d’imputabilité des élus. Les élus auront donc le pouvoir d'intervenir en amont, puisqu'ils seront au cœur des décisions, une ouverture dont s'enorgueillit M. DeSousa, parlant de jamais-vu dans la gouvernance de Montréal.

Le pouvoir d'achat des Montréalais menacé ?

Alors que plusieurs tarifs augmentent – pensons à l'électricité, aux droits de passage dans les transports en commun et même à la TVQ, laquelle croîtra de 2 % en 2011 et en 2012 –, les Montréalais auront vraisemblablement moins d'argent pour se payer un bon repas au restaurant ou pour remettre au goût du jour leur maison dans les années à venir. Surtout que le fardeau global des citoyens de la métropole québécoise a été dégelé pour la première fois en huit ans, dans le budget 2010. @R;M. DeSousa dit ne pas être insensible au sort des Montréalais, « mais ma responsabilité est de présenter un budget équilibré. Avec le temps que nous allons investir dans la préparation du prochain budget, on ne prend pas la situation à la légère. Les Montréalais ont bénéficié du fait que le fardeau global a été gelé pendant huit ans, mais nous sommes rendus à un point où la Ville ne peut plus absorber la hausse des coûts de système sans risquer d'affaiblir l'organisation municipale et la qualité des services. (…) Il s'agit d'un débat de société. Quel genre de ville et quels services veulent les Montréalais ? ». Le comité exécutif demandera au prochain conseil de ville et au conseil d’agglomération de mandater la Commission municipale sur les finances et la Commission d’agglomération sur les finances pour étudier les activités de chacun des services, leurs dépenses et leurs revenus. À compter du 28 avril et jusqu’à la fin du mois de mai, des présentations seront faites par chacun des services et chacune des directions relevant de la compétence du conseil municipal et du conseil d’agglomération, ainsi que par les principales sociétés paramunicipales. Les élus de la commission municipale sur les finances et ceux de la commission d’agglomération sur les finances procéderont à l’analyse des dépenses et des revenus de ces unités. De la fin mai jusqu’au milieu de juin, les commissions formuleront au comité exécutif les recommandations qu’ils jugent pertinentes et nécessaires pour maintenir l’équilibre financier de la Ville de Montréal en 2011. S'il n'exclut rien, Alan DeSousa se garde bien d es solutions qui seront mises sur la table des deux commissions. Mais il dit que la Ville de Montréal pourrait utiliser ses nouveaux pouvoirs habilitants pour diversifier ses sources de revenus. Elle l'a déjà fait pour taxes les stationnements, aussi elle pourrait introduire des postes de péages sur les ponts. « Chaque année, en avril, il y a toujours un écart considérable, mais on en arrive chaque fois à trouver un équilibre, relate M. DeSousa. La différence, cette fois, c'est que j'amène tout le monde sous la tente avec moi pour trouver des solutions. »

Et les citoyens ?

Le public aura aussi son mot à dire, affirme M. DeSousa, dans la mesure où la population pourra suivre l’avancement des travaux des commissions en se rendant dans le hall de l’hôtel de ville de Montréal ou par l'entremise du site Internet de la Ville de Montréal (http://www.ville.montreal.qc.ca), qui diffusera les séances de travail des commissions en direct et en différé. Les citoyens pourront de plus formuler des commentaires sur les sujets discutés sur Internet.

Organisations: Tremblay, Ville de Montréal, Conseil d’agglomération Commission d’agglomération TVQ Commission municipale

Lieux géographiques: Montréal, Arrondissement de Saint-Laurent

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires