Entente inédite dans le domaine de la santé mentale

Antoine
Antoine Dion Ortega
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Trois établissements mettent en place un «guichet unique»

Bonne nouvelle pour les familles des personnes présentant une déficience intellectuelle ou un trouble envahissant du développement (DI-TED) et qui résident sur le territoire du Centre de santé et des services sociaux (CSSS) d’Ahuntsic et Montréal-Nord.

Les trois signataires de l’entente : Louis-Marie Marsan, directeur général des Services de réadaptation L’Intégrale, Diane Daigle, directrice générale du CSSS et Jean-Pierre Duplantie, directeur général intérimaire de l’établissement

Ces familles n’auront plus à adresser leur demande de service à plusieurs établissements à la fois – au risque de créer des dédoublements – puisque le CSSS assumera désormais les fonctions de « guichet d’accès unique » en DI-TED.

En effet, le CSSS, les Services de réadaptation L’Intégrale et l’Hôpital Rivière-des-Prairies (RDP) ont officiellement ouvert, le 1er novembre, un corridor de service visant à assurer l’accessibilité et la continuité des soins aux personnes souffrant de DI-TED. « Ce sera la porte d’entrée pour les usagers d’Ahuntsic et Montréal-Nord, a expliqué Diane Daigle, directrice générale du CSSS. C’est là qu’on recevra toutes les demandes de service, qu’elles proviennent d’une clinique, d’un établissement scolaire, d’un autre CSSS ou d’un organisme communautaire. »

C’est la première fois que les différents niveaux de soins s’entendent sur une telle formule. Il s’agit cependant d’un « modèle exportable » qui pourrait bien faire boule de neige, aux dires de Louis-Marie Marsan, directeur général des Services de réadaptation L’Intégrale. À preuve, le centre de réadaptation en déficience intellectuelle (CRDI) du Saguenay–Lac-Saint-Jean suivrait attentivement le dossier, selon M. Marsan.

Au niveau local, les autres CSSS de l’est de Montréal pourraient également se joindre à l’Hôpital RDP, selon Jean-Pierre Duplantie, directeur général intérimaire de l’établissement. « L’objectif est de créer un lien tangible entre les premier, deuxième et troisième niveaux de soins, a ajouté celui-ci. On va pouvoir procéder à une évaluation rigoureuse des besoins pour que les usagers soient mieux orientés. »

Au lieu d’entamer des démarches auprès des trois établissements et d’avoir, à chaque fois, à répéter « leur histoire », les usagers et leur famille se rendront d’abord au CSSS, où l’on procédera à une évaluation. C’est seulement alors qu’on déterminera s’il est nécessaire de les référer au CRDI ou à l’Hôpital. Mais ces « relais » se feront de façon continue, de sorte que les usagers n’auront pas à recommencer leurs démarches ailleurs. On s’assure aussi que personne ne tombe dans les « craques » du système. « Les gens sauront où adresser leurs demandes, s’est réjouit M. Duplantie. Ils n’arriveront pas à l’hôpital sans avoir été évalués. »

Cette entente va dans le sens de l’approche populationnelle adoptée lors de la création des CSSS en 2004. Elle respecte également le Plan d’accès pour les services ayant une déficience, élaboré par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) en 2008.

Organisations: Services de réadaptation L’Intégrale, Hôpital Rivière-des-Prairies, Hôpital RDP Ministère de la Santé Services sociaux MSSS

Lieux géographiques: DI-TED, Montréal-Nord, Saguenay Montréal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires