Une voix pour les aînés

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Une consultation publique sur les services aux aînés

Avec le vieillissement de la population, les besoins des aînés seront, d’ici quelques années, de plus en plus importants. Or, les intervenants peinent déjà à subvenir à la demande. Afin de dresser un portait de la situation, l’organisme Aide aux aînés Canada organisait, le 22 mars, une consultation publique sur les services aux aînés, pour l’Est de l’île de Montréal.

L’organisme Aide aux aînés Canada organisait une consultation publique sur les services aux aînés pour l’Est de l’île de Montréal. (Photo: archives)

Plus d’une quarantaine d’intervenants, provenant des organismes de santé ou communautaires de l’est métropolitain, ont pris part à la discussion. Ensemble, ils ont dressé le portrait de la situation.

« Un de nos problèmes, c’est qu’on a de moins en moins de bénévoles et ceux qu’on a sont de plus en plus exigeants. On doit donc offrir moins de services qu’avant », déplore un intervenant d’un organisme communautaire.

« C’est difficile d’offrir un service, parce que les patients ont des demandes différentes à chaque jour. Il faut bien identifier leurs besoins afin qu’ils attendent dans la bonne "file d’attente". Certains peuvent être comblés par des centres communautaires au lieu du CLSC », explique un autre.

« Les aînés ne vont pas appeler au CLSC. Souvent, c’est un voisin qui va nous contacter. Il faut trouver un moyen de les rejoindre, que ce soit par la télé ou la radio », croit Sylvie Blais, du CLSC Hochelaga-Maisonneuve.

À cela s’ajoute des problèmes de compréhension – certains aînés ne savent pas lire ou ne maîtrisent pas le français ou l’anglais –, de manque de ressources (financière et humaine) et de lourdeur administrative.

« On constate que le portrait que l’on dresse ici, on le retrouve ailleurs. On a des systèmes de santé et de services communautaires qui sont complexes. Les personnes âgées et les intervenants s’y retrouvent mal. La situation actuelle n’ira pas en s’améliorant », fait valoir Jacques Bertrand, directeur général de l’organisme Aide aux aînés Canada.

Des solutions à venir

Au terme de cette consultation publique, un rapport sera produit et remis aux participants.

« Ça risque de mener à une rencontre de stratégie, pour voir ce qu’on peut faire. On va essayer de proposer des regroupements qui vont permettre de revendiquer ou de développer des solutions. Ce n’est pas seulement une consultation, il faut que ça mène à des actions », conclut M. Bertrand

Lieux géographiques: Canada, île de Montréal.Plus

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires