Fin du hockey féminin à Marie-Victorin

Mathieu
Mathieu Boulay
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Fin du hockey féminin à Marie-Victorin

La Direction des affaires étudiantes et la direction du Cégep Marie-Victorin ont annoncé, la semaine dernière, que la formation de hockey féminin ne serait pas de retour en septembre prochain.

La responsable du sport étudiant, Maryse Hamel, a indiqué que la difficulté de recruter des joueuses était la cause principale du retrait de l'équipe. « Nous avons fait une première tournée de recrutement auprès des joueuses qui évolueront dans la Ligue collégiale de hockey féminin. Nous n'avons pas eu beaucoup de promesses de venir jouer pour les Trappeurs. Nous ne pouvions pas assurer d'avoir assez de joueuses à chaque match », a expliqué Mme Hamel. « Ce fut une grosse décision à prendre pour nous. Quand nous l'avons annoncé aux filles, il y avait beaucoup d'émotion dans le vestiaire, mais elles ont compris la situation. »

Mme Hamel estime que la ligue collégiale a grandi trop rapidement et que le bassin de joueuses était trop petit pour toutes les équipes. De plus, les formations avaient voté pour augmenter les exigences et le Cégep Marie-Victorin n'arrivait pas à suivre la parade.

Au cours des derniers jours, les dirigeants de Marie-Victorin ont décidé de permettre à leur formation de hockey de terminer leur saison, même si les Trappeurs n'ont que 11 joueuses et trois gardiennes en uniforme. « Nous voulions que nos joueuses de dernière année terminent leur stage de belle façon, alors que les autres joueuses puissent démontrer aux autres équipes ce qu'elles peuvent faire », a indiqué Maryse Hamel. En plus du manque de recrutement, cette dernière n'avait pas d'entraîneur en prévision de la prochaine saison.

La responsable du sport étudiant assure que le budget alloué n'était nullement en cause pour la disparition de l'équipe. « J'avais le budget et le cégep me permettait de continuer, même si les victoires se faisaient rares. Maintenant, je pourrai gâter davantage mes autres formations des Trappeurs. »

Du côté de la Ligue collégiale de hockey féminin, le commissaire Benoit Doloreux a déploré la situation. « Ce n'est jamais une bonne nouvelle de voir une équipe disparaître. Par contre, la situation était devenue critique, car les Trappeurs étaient sur le point de ne plus avoir assez de joueuses pour poursuivre leurs activités », a indiqué Benoit Doloreux.

Ce dernier admet que le nombre de joueuses n'a pas connu l'évolution espérée au Québec. « C'est un commentaire que nous entendons régulièrement de la part de nos équipes. Nous sommes en constante communication avec Hockey Québec pour améliorer la situation. »

Organisations: Ligue collégiale de hockey féminin, Hockey Québec

Lieux géographiques: Marie-Victorin, Trappeurs, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires